les verreries de la vallée de la Bresle aujourd'hui

 Il est intéressant de constater que même si les verreries produisent en général les même types de produits, il y a de nombreuses différences dues à la taille de la verrerie ou la spécialité. Prenons l'exemple de Waltersperger qui est une verrerie pouvant produire des séries comprises entre 500 et 20000 unités alors que le minimum pour une usine automatisée tel que SGD est de 30000 unités. Waltersperger se concentre donc sur les séries limitées, les factices géants ou les nouvelles marques. Notons que waltersperger est la première verrerie de la région à être passée au semi-automatique mais que c'est aussi la seule de la vallée de la Bresle à avoir conservé ce procédé.

La verrerie Brosse (à Vieux-Rouen sur Bresle) emploie quant à elle 400 personnes et produit 55 tonnes de verre par jour, grace au nouveau four qui a permis de doubler la production à compter de 2009. Cette production n'est possible que par la présence de cinq fours et par la réussite historique de l'entreprise qui a, dans le années 20, produit le fameux flacons " Chanel n°5", des flacons pour Lanvin, Patou et qui en 1996, a gagné l'oscar de l'emballage avec "Organza". Cette entreprise a également investit sur le marché étranger. Ainsi, en 1978, la société a crée une filiale aux Etats Unis pour l'emballage des parfums américains. Maisons de prêt-à-porter et couturiers d'outre-Atlantique représentent désormais près de 25 % de l'activité de la verrerie du Vieux Rouen.

A Feuquières (Oise), Saver Glass  reste une des seules verreries de la vallée à être spécialisée dans la fabrication de bouteilles au design recherché . Crée en 1897, elle devient en 1947 la "société autonome des verreries" avant de passer en 1969 sous le controle de Saint Gobain. Elle change de nom une nouvelle fois en 1990 pour devenir "Saver Glass" et commence, en 1997, la fabrications de flacons de parfums, tout particulièrement ceux avec des formes complexes.

A la verrerie du Courval, c'est en 1933 que de gros changements se font sentir puisque le soufflage à la bouche est remplacé par la fabrication semi-automatique.  En 1971, une nouvelle usine hautement mécanisée voit le jour, à Guimerville pour remplacer progressivement le site historique situé en lisière de forêt. De 1971 à 1975, quatres machines automatiques y sont installées.  Aujourd'hui , 1.2 millions de flacons et bouchons sont fabriqués par jour sur 17 lignes de productions dans l'usine de Guimerville.

Finissons maintenant avec l'une des plus grosse verrerie: SGD et son usine du Tréport-Mers. Elle emploie 1350 salariés et compte 7 fours dont 5 dédiés à la parfumerie cosmétique permettant de produire annuellement 1.1 milliard de flacons sur 29 lignes de productions et 300 types de créations différents. Son chiffre d'affaires annuel s'élève à 631 milliards d'euros.

Le groupe dans sa totalité possède 12 usines et emploie 5000 salariés dont 50% hors de France (Allemagne,Brésil par exemple). Il est loin le temps des débuts sous le règne du roi Louis XIV.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site