L'industrie du verre dans la vallée de la Bresle : son commencement.

Pourquoi les Hommes ont-ils fait le choix de s'implanter le long de vallée de la Bresle? Quels sont les différents facteurs qui l'ont favorisée ? Telles sont les questions auxquelles nous allons répondre avant d'approfondir la réflexion.

Pourquoi l'implantation de l'industrie du verre s'est elle effectuée précisement dans cette région de France ? Voici quelques éléments de réponse:

 

Les raisons de l'implantation des verreries sont liées aux sources d'énergie et aux matières premières qu'elles trouvaient à proximité de leur manufacture :

-Le bois pour bâtir et chauffer les fours à fondre le verre car jusqu'en 1880, le bois est le combustible exclusif. Les "vieilles"verreries se trouvent donc en lisière de forêt ( Courval, Romesnil, Rétonval). Le bois est fourni par la forêt d' Eu qui est l'une des plus grandes de Normandie. Conséquence: la quasi totalité des verreries s'installeront vers le versant normand de la vallée. Un systeme particulier ( les droits d'affouage) garantit aux maitres verrier un prix avantageux et une quantité importante de bois et offre un exellent revenu aux proprietaires de la forêt.

-La coupe des fougères (verre de fougères) en forêt qui par crémation permetait d'obtenir la soude necessaire à la composition du verre. Cette coupe n'était autorisée qu'en juin.

-Les coteaux crayeux de la vallée pour obtenir la chaux.

-Le sable extrait de la vallée,chargé en oxyde de fer ( qui avait tendance à teinter le verre en vert). Il est adapté à la production de bouteilles.

-Les terres réfractaires, indispensables à l'élaboration  des fours et le façonnage des pots.Elle provenait de la Seine-Maritime et de l'Oise, notament la région de Gournay.

-La force hydraulique pour actionner les ateliers de taille et de bouchage.

La localisation de la vallée va jouer en sa faveur au XIXème siècle lors de l'essor insustriel du fait de sa situation entre Paris, le grand centre du négoce de verrerie, et Londres, le deuxième gros marché accessible via les ports de la Manche.

Dans cette "glass vallée", en plus des verreries,il existe également en amont comme en aval de cette spécialité,toute une chaîne industrielle indispensable tant à la conception, qu'à sa fabrication et à sa finition (tri, décor, habillage). Toute cette chaine demande un grand savoir faire, présent dans la vallée, lui garantissant ainsi la persistance d'une filière verre encore vigoureuse de nos jours.

 

On peut dire que l'élément déclencheur de l'implentation des verreries intervient en 1399, date à laquelle le Roi Charles VI, intéressé par le verre, accorde des privilèges (notamment des anoblissements) aux artisans qui se spécialiseront dans la fabrication du verre. C'es donc l'un des seuls metiers où l'on ne déroge pas aux règles de la noblesse en travaillant. La présence d’activités verrières dans la forêt d'Eu apparait au XVe siècle. En 1430, la première verrerie s'installe à Saint-Martin-au-Bosc.  A cette époque, les verreries étaient itinérente et se déplacaient en fonction des coupes de bois. Le verre était essentiellement déstiné à la fabrication de vitraux.  

A partir du XVIIeme siècle ( le Courval) et surtout au XVIIIeme, les verreries deviennent sédentaires. Au XIXe siècle, le flaconnage pour la parfumerie et la cosmétique devient la spécialité de la vallée de la Bresle. En 1875, la création de la ligne de chemin de fer Paris – Le Tréport permet l’acheminement du charbon  du Tréport à la région parisienne, en alimentant au passage les verreries, mais favorise aussi la livraison des produits verriers vers les grands centres (Paris et ses négociants,puis fin XIXeme, le marché londonien).

Le passage du bois au charbon dans les verreries se fait donc entre la fin des années 1870 et les années 1880. La dernière verrerie à abandonner le chauffage au bois sera la verrerie du Courval en 1898. De par cette évolution, les nouvelles verreries vont s'installer le long de la voie ferrée qui longe la Bresle ( verrerie Denin à Nesle-Normandeuse vers 1887, Blangy-sur-Bresle en 1892, Vieux Rouen sur Bresle en 1892 et Feuquières en 1896; ces deux verreries apartenant à Mr Scobart et Incheville en 1900). 

Le paysage industriel d'aujourd'hui est encore marqué par ces évolutions :les verreries A. Scobart et Cie sont aujourd’hui les Verreries Brosse, à Vieux-Rouen, spécialisées dans la production des flacons de luxe de parfum et la verrerie de Feuquières, aujourd’hui Saverglass est devenue leader sur le marché de la bouteille très haut de gamme et de luxe.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site